,
Retour au menu



Retour au menu - Caricature de Rossini

Plan du site
Les brèves du site
Réactions aux articles
 
Statistiques
 
Participer
Espace rédacteurs
 




Des liens à suivre ...

En réponse à:
Ténor dans la tête

En réponse au message :
> Ténor dans la tête

mais lorsqu’on est à cheval, il est plus facile de rester baryton "à aigus". Un cas fréquent, notamment chez les amateurs qui n’ont pas le temps disponible pour travailler.

David,
Pour moi les choses semblent plus simples à la base (je ne prétends pas posséder la science infuse et je peux bien sûr me tromper) : on n’est pas à cheval entre ténor et baryton on est basiquement ténor ou baryton (ensuite il y a plusieurs couleurs de voix dans une tessiture donnée). Si on ne sait pas ce que l’on est c’est qu’on a eu un mauvais prof qui n’a pas su vous qualifier correctement. A partir du moment où on ne sait pas ce que l’on est on ne peut pas travailler correctement dans une direction définie et acquérir la technique nécessaire pour progresser dans la bonne tessiture. Etre comme vous dites "être à cheval" est une situation qui entrave toute possibilité de progression.

A partir de là, acquérir la technique est aussi exigeant que l’on soit baryton ou ténor.

En lisant les divers commentaires, il semble ressortir une tendance à dire que les ténors ont plus d’efforts à fournir que les autres chanteurs et ça me gène de lire ça, (je ne veux pas faire de corporatisme que ça soit bien entendu ici) mais une fois que la technique progresse (en travaillant) un contre "ut" pour un ténor ne demandera pas plus pas moins d’effort qu’un "la" pour un baryton ou qu’un "fa" pour une basse.. C’est à mon avis se leurrer que de penser qu’emettre un son aigu demande plus d’effort qu’un son plus grave quand on chante dans la tessiture qui nous correspond. Comme je l’ai déjà écrit, pour un chanteur l’émission d’un médium ou d’un grave dans sa tessiture est aussi exigeante en énergie et en soutien que l’émission d’un aigu qui ne sera pas plus difficile..

Bien sûr si on est baryton et que l’on veut à tout prix être ténor l’émission d’un contre ut (si on y arrive) va demnander une énergie considérable tout simplement parceque, par rapport à un vrai ténor, on doit compenser par un effort gigantesque quelque chose que l’on a pas : la voix de ténor.... Et à mon avis le résultat ne sera pas probant... Et en fait on arrivera à la fin d’un air avec la voix dans les choux car on ne pourra pas tenir longtemps une tessiture de ténor.

De même un ténor qui s’obstine à être baryton va avoir beaucoup de difficultés à émettre un fa2 ou un sol2 et ça lui demandera une énergie considérable par rapport à un baryton... tout simplement parcequ’il n’a pas une voix de baryton...

Peut être ce que je dis paraitra un peu simpliste mais je crois qu’à la base ce sont des principes qui "marchent", j’ai eu plusieurs profs de chant (une dizaine) et seul 3 d’entre eux se sont montrés compétents et le discours que je tiens ici n’est pas quelque chose que j’ai inventé moi-même (je ne suis pas prof de chant et n’ai pas les compétences nécessaires pour prétendre à donner des conseils aux gens) mais ça correspond à ce que ces profs m’ont dit et qui ma foi semble donner de bons résultats..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.