,
Retour au menu



Retour au menu - Caricature de Rossini

Plan du site
Les brèves du site
Réactions aux articles
 
Statistiques
 
Participer
Espace rédacteurs
 




Des liens à suivre ...



Ma Numériser






article précédent - Ma nouvelle rentrée lyrique article suivant - Numériser ses partitions

Magnifique Bohême à Bordeaux
Reprise de la saison Lyrique au Grand Théâtre
Le 26 septembre 2007


C’est une bien belle soirée qui nous fût proposée hier soir à Bordeaux pour la générale de La Bohême donnée par la première équipe (la A), de la production du grand Théâtre qui doit donner dans les jours à venir 10 représentations de cette oeuvre

Rappelons qu’il s’agit d’un opéra de Giacomo Puccini composé d’après un livret de Giuseppe Giacosa et Luigi Illica, tiré des Scènes de la vie de bohème publié en 1849 par E. Murger..

En ce qui concerne l’argument, je pense que l’on doit trouver ça facilement sur le net, le but des articles que je vous propose étant plus de vous parler de l’émotion et du ressenti, que de vous faire un long blabla sur une oeuvre en particulier...

Il est rare de trouver un spectacle où tout file et tout coule naturellement. Là, ce soir, c’était le cas. Tout le monde était à sa place pour servir la Musique que ce soit au niveau de la mise en scène, d’ailleurs superbe ou du jeu des artistes et de leurs qualités vocales.

Les six protagonistes principaux étaient de jeunes chanteurs avec une belle émission vocale, c’est un peu pour ça qu’on vient à l’Opéra : mission accomplie.

Saluons particulièrement les deux filles Nathalie Manfrino en Mimi et Catherine Gillet en Musette, qui étaient très bien toutes les deux et qui nous ont fait vibrer à l’unisson.

Saluons également Jesus Garcia en Rodolpho qui, s’il n’a pas une voix encore très étoffée, a cependant un très beau timbre de ténor. Il m’a fait passer un bon moment.

Un grand bravo aussi aux deux barytons, baryton basse avec dans le rôle de Marcello : Paulo Szot , très convaincant, et de Colline : Nicolas Cavallier que j’avais déjà eu l’occasion d’apprécier dans les noces de Figaro la saison dernière.

Voilà , que dire de plus : c’était beau, on n’a pas vu le temps passer. Je ne suis pas le Prévert de l’E-critique. Je ne vais pas citer tout le monde, car ce serait plutôt le boulot des vrais journalistes officiels, ceux qui sont la plupart du temps conviés aux meilleures places et qui malheureusement n’assistent qu’à un quart d’heure de spectacle et s’en vont faire leur papier du lendemain sans queue ni tête, comme j’ai pu souvent le constater...

Disons seulement pour finir dans le genre académique, puisque l’info que l’on trouve dans les journaux locaux n’est jamais trop développée, que le chef Marco Balderi tenait bien son monde en vrai Artiste qu’il est et que ce fût également un plaisir que de le voir diriger l’orchestre en faisant grand cas des pianis et des fortes de la partition.

En rentrant vers 23h00, alors que j’étais arrêté à un feu, je me disais en entendant malgré moi les boum-boum d’une jeunesse qui se croit être détentrice de la vérité musicale, que les fondamentaux étaient bien là, dans ce qui nous avait été donné d’écouter et de voir ce soir.

Il est des moments magiques où le temps suspend son vol, où l’on a l’impression d’être ailleurs et de vivre quelque chose d’exceptionnel. Nous y étions, merci donc à tous ces artistes et à l’Opéra de Bordeaux qui nous font bien commencer l’année lyrique.

le détail de la programmation ici


Article publié par : jmchoisy