> Parlons chant

Le 18 avril 2004









Visualiser cet article au format pdf

Emotion et expression
génération potiches




IL y a quelque temps que je remarque que bon nombre de jeunes chanteurs ou de chanteuses ne sont en réalité que de bons exécutants : leur technique est parfaite, leur chant est juste, mais il manque ce qui fait toute la différence : l’émotion.

C’est dommage, car ce qui rend le chant magique selon moi, c’est l’expression que l’on veut bien y mettre.

Au conservatoire on apprend parait-il à chanter sans bouger, à rester droit comme un I, le chant n’est plus qu’une technique et l’on se doit de ne pas distraire l’attention du public et le bon éléve est celui qui n’est surtout pas exhubérant.

En ce qui me concerne, je revendique le contraire et je pense qu’il faut faire pétiller les yeux, attirer l’attention de l’auditoire, donner un supplément d’âme, montrer que l’on est là et tenter de capter l’attention du moindre distrait qui serait là par hasard.

Je discutais encore hier avec un chanteur qui a une superbe voix et qui chantait « Je veux m’en fourrer jusque-là » (dans la vie parisienne) droit comme une potiche, sans laisser passer la moindre émotion, c’est dommage... je me suis permis de lui faire remarquer qu’il serait sûrement plus agréable qu’il bouge un peu, et qu’il montre qu’il allait effectivement s’en fourrer jusque là smiley... j’ai fait passer un message j’espère qu’il en tiendra compte. En tout cas je pense que s’il est plus présent sur scène il aura passé un cap et qu’il se distinguera du lot.

Il y a d’ailleurs un superbe film « le maitre de musique » avec José Van Dam qui aborde entre autre ce thème sur la quête de l’émotion et que je conseille aux jeunes chanteurs qui ne ne connaitraient pas.

Il y a donc d’un coté la technique et de l’autre l’émotion, chanter c’est faire en sorte que l’émotion arrive à prendre le pas sur la technique qui doit toujours être présente mais absoluement se faire oublier.

voila, c’etait mon avis, à vous de me dire s’il est partagé smiley.

par : Jean-Marc





Réagir à cet article