,
Retour au menu



Retour au menu - Caricature de Rossini

Plan du site
Les brèves du site
Réactions aux articles
 
Statistiques
 
Participer
Espace rédacteurs
 




Des liens à suivre ...

  • Opéra de Barie
  • Vocalises.net
  • Renault Primaquatre
  • Rénovation Maison
  • Le site des pinasses
  • Terre des graves
  • Opérette ANAO
  • Le Melody
  • Rocade Bordelaise
  • Les Délassements comiques


  • Qrcode Opéra de Barie






    article précédent - Concours de chant de Marmande article suivant - Gluck et l’opéra comique

    Ténor en devenir ...
    La métamorphose du baryton
    Le 16 septembre 2005


    Au mois de juin, je me suis laissé convaincre que j’étais peut-être finalement Ténor, par des gens qui pour une fois avaient des arguments et me proposaient de m’accompagner dans une démarche de ré-apprentissage de ma voix.

    Pour ceux qui ne me connaissent pas, souvenez-vous qu’il y a un peu plus d’un an j’écrivais l’article "Batyténor bassisant" qui a d’ailleurs suscité beaucoup de réactions...

    N’ayant pas l’intention de renouveller une année de plus à Talence, mon diplôme de fin d’étude de chant en qualité de Baryton en poche, je me suis dit que ça pourrait être intéressant de tenter l’expérience. Je me suis donc donné l’été pour devenir Ténor.

    JPEG -
    Publicité de 1911 - Ca aide pour la voix

    Aujourd’hui, l’automne arrive et le temps est venu de faire un premier point, au moins pour ceux de mes amis qui sont dans la confidence.

    Mon apprentissage a donc débuté au début de l’été, je suis passé de doutes en certitudes et de certitudes en doutes, un coup Ténor, l’autre coup Baryton.
    Pour être honnête, ma voix s’est un petit peu cherchée, surtout au début.

    Certains jour, j’avais l’impression d’être complétement Ténor et le lendemain rien ne passait, ma gorge se bloquait et rien ne sortait. Les vieux réflexes revenaient et le doute s’installait. Quelques jour plus tard, je retravaillais avec mes deux guides, (ceux qui m’ont proposé de m’accompagner) et la voix s’illuminait à nouveau. Lorsque je voulais faire apprécier mes progrès à des amis de passage, je retombais dans mes travers de Baryton, ma voix se remettait en travers car je n’avais pas encore tout compris et j’ai bien conscience que l’effet obtenu n’était pas l’effet souhaité...ils sont restés bien polis :-).

    Aujourd’hui s’il y a encore des retombés de moral et s’il y a encore des jours sans ( les vieux réflexes commencent à s’émousser) , ça a tout de même tendance à s’espacer et j’ai le sentiment que j’entrevois enfin le bout du tunnel.

    Je me suis également aperçu que travailler le registre Ténor n’a rien à voir avec travailler le registre Baryton, c’est beaucoup plus physique, ca demande beaucoup plus de concentration, de tonicité et comme on est toujours sur le fil du rasoir de la note qui est là, ou qui n’est pas là, il faut prendre de l’élan et soutenir un maximum pour ne pas caler en haut de la côte, c’est bien plus difficile, et il faut chanter en ayant bien en tête que la voix doit rester libre.

    Hier soir, j’ai chanté deux heures dont une demie-heure de vocalises. Au bout de dix minutes la voix était déja bien en haut et en fin de séance, j’avais des douleurs abdominales comme je n’en ai jamais eues en chantant Baryton. Une impression d’être épuisé, fourbu ; Par contre une absence totale de mal à la gorge malgré que l’on soit allé chercher le contre Ut à plusieurs reprises (il y a deux mois je plafonnais au si bémol :-) )

    Je me suis aperçu en répétant chez moi sur mon piano magique que la voix du matin n’avait pas la même étendue que la voix de la fin d’après-midi. J’ai constaté qu’en travaillant le matin je plafonnais à au moins un ton en dessous de ce que j’étais capable de faire l’après midi ou en soirée. Un de mes collègue de boulot très érudit musicalement m’a même indiqué que certaines grandes Basses enregistraient leurs disques seulement le matin afin d’ajouter de la profondeur. En ce qui me concerne, je ne m’en étais jamais aperçu et je ferai en sorte à l’avenir de ne chanter que le soir ... pour assurer...

    Dans trois semaines avec le "Choeur international de Bordeaux" je passe mon baptème du feu en public avec un seul air certes, mais bien de Ténor... O sole mio.

    J’attends les réactions de mes vieux potes bartytons et Baryton-basses qui m’attendent au tournant et qui me raillent amicalement en attendant. On verra s’ils cautionnent la métamorphose, en considérant qu’effectivement j’ai changé de camp ou si pour me garder un petit peu dans leur clan, ils considèreront que je suis juste un Baryton qui monte ;-)

    On verra aussi s’il y a des candidats pour interpréter le duo des pécheurs de perles avec moi lors d’une prochaine rossignolade. Il y a longtemps que je voulais chanter ça, mais en Baryton, j’avais toujours tendance à me faire embarquer sur la partie Ténor...

    Le répertoire de mes début pour ceux qui voudraient se faire une idée du mode d’emploi à mettre en oeuvre est le suivant :

    • Caro mio ben - Giordani
    • O del mio amato ben - Denaudy
    • A vucchella - Tosti
    • Chanson de l’adieu - tosti
    • O del mio dolce ardor - Gluck
    • Ideale - Tosti
    • Musica prohibita - gastaldon
    • O sole mio - Di cappua
    • Torna a sorriente - De curtis
    • Mamma - Boxio

    Je chante tout ça sans problème, il n’y a pas encore d’Opéra, c’est l’étape suivante, actuellement on se concentre sur les médium et surtout sur la hauteur des sons, je crois que c’est sur ce point là que j’ai le plus appris par rapport à tous les autres profs que j’ai pu fréquenter. Il faut monter et soutenir chaque son, même sur les notes graves, et pour moi, ça c’est nouveau.

    Je redeviens donc débutant, mais j’ai le sentiment que je progresse très vite, on m’a demandé de regarder l’air du Ténor dans Manon de Massenet, espérons que les autres aussi arriveront à fermer les yeux...de plaisir ;-)

    Pour terminer et vous laisser la parole dans le forum des réactions aux articles, je vous laisse méditer ce petit bout d’interview de Placido Domingo, qui m’a certainement un peu aidé pour me décider à tenter l’aventure :

    Pourtant, cette voix, vous ne l’avez pas trouvée immédiatement. Adolescent, vous pensiez être baryton.

    C’est vrai. Je chantais comme baryton dans la troupe de zarzuela [opérette espagnole] dirigée par mes parents. Pour mon audition au Conservatoire de Mexico, j’avais choisi le prologue d’I Pagliacci, de Leoncavallo, écrit pour un baryton. Mon professeur, Carlo Morelli, m’a dit : « Mais vous êtes ténor, pas baryton. » Alors, je suis devenu ténor.

    L’Express du 29/11/2001
    Placido Domingo
    « Il faut toujours chanter comme si c’était
    la première et la dernière fois »

    propos recueillis par Franck Erikson


    - un autre cas semble-t-il :

    Né au Kansas, James King se croyait baryton mais réalisa son erreur et changea pour le répertoire de ténor dans les années 1950. James King fit ses débuts en 1961 au San Francisco Opera en Don José face à Marilyn Horne en Carmen. La même année, il fut Cavaradossi dans "Tosca" à Florence puis se fut Salzbourg en 1962, Viennes en 1963, le festival de Bayreuth en 1965 et le Metropolitan Opera de New York en 1966. cf (abeilleinfo.com)


    Ci dessous une petite liste non exhaustive d’air pour ténor :

    voir aussi l’article "Le répertoire du Fort Ténor".



    compositeur opéra air
    Beethoven Fidelio. In des Lebens Fruhlingstagen
    Bellini I Puritani A te o cara
    Bizet Carmen. La fleur que tu m'avais jetee
    Bizet Les Pecheurs de Perles Je crois entendre encore (Romance)
    Boieldieu La Dame Blanche Viens, gentille dame
    Boito Mefistofele. Dai campi, dai prati
    Boito Mefistofele. Giunto sul passo estremo
    Catalani La Wally M'hai salvato
    Catalani Loreley. Nei verde maggio
    Cilea L'Arlesiana. E la solita storia del pastore (Lamento di Federico)
    Cimarosa Il Matrimonio Segreto Pria che spunti in ciel l'aurora
    Delibes Lakme. Ah, viens dans la foret
    Delibes Lakme. Fantaisie aux divins mensonges
    Donizetti Don Pasquale. Com' e gentil
    Donizetti L'Elisir d'Amore Una furtiva lagrima
    Donizetti L'Elisir d'Amore. Adina, credemi
    Donizetti L'Elisir d'Amore. Quanto e bella
    Donizetti La Favorita. Spirto gentil
    Donizetti La Figlia del Reggimento. Amici miei che allegro giorno
    Donizetti La Fille du Regiment. Pour me rapprocher de Marie
    Donizetti Lucia di Lammermoor. Fra poco a me ricovero
    Flotow Martha. M'appari tutt' amor
    Galuppi Enrico. Son troppo vezzose
    Giordano Andrea Chenier. Come un bel di
    Giordano Andrea Chenier. Si, fui soldato
    Giordano Andrea Chenier. Un di, all'azzuro spazio
    Gluck Iphigenie en Tauride. Ah! Mon ami, j'implore ta pitie
    Gluck Iphigenie en Tauride. Divinite des grandes ames
    Gluck Iphigenie en Tauride. Unis des la plus tendre enfance
    Gluck Telemaco. Ah, non chiamarmi
    Gounod Faust. Salut! Demeure chaste et pure
    Gounod La Reine de Saba. Inspirez-moi
    Gounod Romeo et Juliette. Ah! leve-toi, soleil!
    Gounod Romeo et Juliette. O ma femme!
    Lalo Le Roi d'Ys. Vainement, ma bien aime (Aubade)
    Lehar The Merry Widow. My Fatherland, it is for thee (Maxim's)
    Leoncavallo I Pagliacci. O, Coluombina
    Leoncavallo I Pagliacci. No! Pagliaccio non son!
    Leoncavallo I Pagliacci. Un tal gioco, credetemi
    Leoncavallo I Pagliacci. Vesti la giubba
    Mascagni Cavalleria Rusticana. Mamma, quelvino e generoso
    Mascagni Cavalleria Rusticana. O Lola, ch'ai di latti
    Mascagni Cavalleria Rusticana. Viva il vino spumeggiante
    Mascagni Iris. Apri la tua finestra
    Massenet Manon. Ah! Fuyez, douce image
    Massenet Manon. En fermant les yeux
    Massenet Werther. Lors que l'enfant revient
    Massenet Werther. O Nature, pleaine de grace
    Massenet Werther. Pourquoi me reveiller
    Mehul Joseph. Vainement Pharaon
    Meyerbeer L'Africaine. O paradis sorti de l'onde
    Mozart Cosi fan tutte. Ah! lo veggio
    Mozart Cosi fan tutte. Tradito, schernito
    Mozart Cosi fan tutte. Un'aura amorosa
    Mozart Die Entfuhrung aus dem Serail. Hier soll ich dich denn sehen
    Mozart Die Entfuhrung aus dem Serail. Ich baue ganz auf deine Starke
    Mozart Die Entfuhrung aus dem Serail. O wie angstlich, o wie feurig
    Mozart Die Entfuhrung aus dem Serail. Wenn der Freude Tranen fliessen
    Mozart Die Entfuhrung aus dem Serail. Frisch zum Kampfe!
    Mozart Die Entfuhrung aus dem Serail. In Mohrenland gefangen
    Mozart Die Zauberflote. Dies Bildniss ist bezaubernd schon
    Mozart Don Giovanni. Dalla sua pace
    Mozart Don Giovanni. Il mio tesoro
    Mozart Idomeneo. Fuor del mar ho un mar in seno
    Mozart Idomeneo. Torna la pace al core
    Mozart Idomeneo. No, la morte io non pavento
    Mozart Il Re Pastore. Si spande al sole in faccia
    Mozart Il Re Pastore. Se vincendo vi rendo felici
    Mozart Il Re Pastore. Voi che fausti ognor donate
    Mozart La Clemenza di Tito. Tu fosti tradito
    Mozart La Clemenza di Tito. Se all'impero, amici Dei
    Mozart Le Nozze di Figaro In quegl'anni
    Nicolai Lustigen Weibe, Die. Horch, die Lerche
    Offenbach Les Contes d'Hoffmann O Dieu! De quelle ivresse
    Offenbach Les Contes d'Hoffmann Il etait une fois a la cour d'Eisenach
    Offenbach Les Contes d'Hoffmann. Jour et nuit je me mets en quatre
    Ponchielli La Gioconda. Cielo e mar
    Puccini Gianni Schicchi. Firenze e come un alberto fiorito
    Puccini La Boheme. Che gelida manina
    Puccini La Fanciulla del West. Ch'ella mi creda libero e lontano
    Puccini La Fanciulla del West. Or son sei mesi che mio padre mori
    Puccini Le Villi. Torna ai felici di
    Puccini Madama Butterfly. Amore o grillo
    Puccini Madama Butterfly. Addio, fiorito asil
    Puccini Manon Lescaut. Tra voi, belle, brune bionde
    Puccini Manon Lescaut. Donna non vidi mai
    Puccini Tabarro, Il. Hai ben ragione
    Puccini Tosca. Recondita armonia
    Puccini Tosca. E lucevan le stelle
    Purcell The Indian Queen. I attempt from love's sickness to fly
    Rossini Guillaume Tell. Asile hereditaire
    Rossini Il Barbiere di Siviglia. Cessa di piu resistere/Ah il piu lieto
    Rossini Il Barbiere di Siviglia. Ecco, ridente in cielo
    Rossini Il Barbiere di Siviglia. Se il mio nome saper voi bramate
    Rossini L'Italiana in Algeri. Languir per una bella
    Rossini La Cenerentola. Si ritrovarla/Pegno adorato
    Sacchini Alessandro nell' Indie. Se mai piu saro geloso
    Smetana The Bartered Bride. Jenik's Aria
    Strauss, J. Der Zigeunerbaron. Als flotter Geist
    Strauss, J. Die Fledermaus. Ich lade gern mir Gaste ein
    Strauss, R. Der Rosenkavalier. Dirigori armato (Italian Singer)
    Sullivan HMS Pinafore. A maiden fair to see
    Sullivan Mikado, The. A wand'ring minstrel I
    Tchaikovsky Eugene Onegin. Lenski's Aria
    Thomas Mignon. Adieu, Mignon!
    Thomas Mignon. Elle ne croyait pas
    Verdi Aida. Celeste Aida
    Verdi Don Carlo. Fontainebleau! Io la vidi
    Verdi Falstaff. Dal labbro il canto estasiato
    Verdi Il Trovatore. Ah si, ben mio
    Verdi Il Trovatore. Di quella pira
    Verdi Il Trovatore. Deserto sulla terra
    Verdi Il Trovatore. Ah! Che la morte ognora
    Verdi La Forza del Destino. Oh, tu che in seno agli angeli
    Verdi La Traviata. Dei miei bollenti spiriti
    Verdi La Traviata. Libiamo ne' lieti calici (Drinking Song)
    Verdi Macbeth. Ah, la paterna mano
    Verdi Otello. Dio! Mi potevi scagliar
    Verdi Otello. Niun mi tema
    Verdi Otello. Tu? Indietro!/Ora per sempre addio
    Verdi Rigoletto. La donna e mobile
    Verdi Rigoletto. Parmi veder le lagrime
    Verdi Rigoletto. Questa o quella
    Verdi Un Ballo in Maschera. Di' tu se fedele
    Verdi Un Ballo in Maschera. La rivedra nell'estasi
    Verdi Un Ballo in Maschera. Ma se m'e forza perderti
    Wagner Die Walkure. Wintersturme
    Wagner Der Fliegende Hollander. Mit Gewitter und Sturm
    Wagner Der Fliegende Hollander. Auf hohem Felsen
    Wagner Die Meistersinger von Nurnberg. Am stillen Herd
    Wagner Die Meistersinger von Nurnberg. Fanget an! So rief der Lenz
    Wagner Die Meistersinger von Nurnberg. Morgenlich leuchtend (Prize Song)
    Wagner Die Walkure. Ein Schwert verhiess mir der Vater
    Wagner Gotterdammerung. Helle Wehr, heilige Waffe!
    Wagner Gotterdammerung. Mime hiess ein murrischer Zwerg'
    Wagner Lohengrin. Hochstes Veretrau'n
    Wagner Lohengrin. In fernem Land
    Wagner Lohengrin. Mein lieber Schwan!
    Wagner Parsifal. Amfortas! Die Wunde!
    Wagner Parsifal. Nur eine Waffe taugt
    Wagner Rienzi. Allmacht'ger Vater
    Wagner Siegfried. Hoho! Hoho!/Nothung! Nothung!
    Wagner Tannhauser. Dir tone Lob!
    Wagner Tannhauser. Inbrunst im Herzen
    Wagner Tristan und Isolde. O Konig
    Weber Der Freischutz. Nein! Langer . . . Durch die Walder
    Weber Euryanthe. Unter bluhenden Mandelbaumen
    Weber Oberon. From boyhood trained in battlefield
    Astorga mélodie Italienne Morir vogi' io
    Astorga mélodie Italienne Vo' cercando in queste valli
    Bencini mélodie Italienne Tanto sospirero
    Bononcini mélodie Italienne Deh piu a me non v'ascondete
    Bononcini mélodie Italienne L'esperto nocchiero
    Bononcini mélodie Italienne Per la gloria d'adorarvi
    Bononcini mélodie Italienne Pieta, mio caro bene
    Bononcini mélodie Italienne Se mai vien tocca
    Caccini mélodie Italienne Amarilli, mia bella
    Caccini mélodie Italienne Fere selvaggie
    Caccini mélodie Italienne Tu, ch'hai le penne, Amore
    Caldara mélodie Italienne Come raggio di sol
    Caldara mélodie Italienne Sebben, crudele
    Caldara mélodie Italienne Selve amiche, ombrose piante
    Carissimi mélodie Italienne A morire
    Carissimi mélodie Italienne Deh, contentatevi
    Carissimi mélodie Italienne Filli, non t'amo piu
    Carissimi mélodie Italienne No, no, mio core
    Carissimi mélodie Italienne No, no, non si speri!
    Carissimi mélodie Italienne Vittoria, mio core!
    Cavalli mélodie Italienne Dolce Amore, bendato Dio
    Cavalli mélodie Italienne Donzelle, fugitte
    Cavalli mélodie Italienne Troppo soavi i gusti
    Cesti mélodie Italienne Ah! Quanto e vero
    Cesti mélodie Italienne Che angoscia, che affano
    Cesti mélodie Italienne E dove t'aggiri
    Cesti mélodie Italienne Intorno all' idol mio
    Cesti mélodie Italienne O del ben che acquistero
    De Luca mélodie Italienne Non posso disperar
    Durante mélodie Italienne Danza, danza, fanciulla gentile
    Durante mélodie Italienne Vergin, tutto amor
    Falconieri mélodie Italienne Bella porta di rubini
    Falconieri mélodie Italienne Non piu d'amore
    Falconieri mélodie Italienne Nudo arciero
    Falconieri mélodie Italienne O bellissimi capelli
    Falconieri mélodie Italienne Occhietti amati
    Fedeli mélodie Italienne Il mio core non e con me
    Frescobaldi mélodie Italienne Se l' aura spira
    Gaffi mélodie Italienne Luci vezzose
    Gagliano mélodie Italienne Dormi, Amore
    Gasparini mélodie Italienne Lasciar d'amarti per non penar
    Giordani mélodie Italienne Caro mio ben
    Gluck mélodie Italienne O del mio dolce ardor
    Legrenzi mélodie Italienne Che fiero costume
    Leo mélodie Italienne Se mai senti
    Lotti mélodie Italienne Pur dicesti, o bocca bella
    Mancini mélodie Italienne Dir ch'io t'ami
    Marcello mélodie Italienne Il mio bel foco
    Mazzaferrata mélodie Italienne Presto, presto io m'innamoro
    Monteverdi mélodie Italienne Ahi, troppo e duro
    Monteverdi mélodie Italienne Lasciatemi morire!
    Paisiello mélodie Italienne Nel cor piu non mi sento
    Pergolesi mélodie Italienne A Serpina penserete
    Pergolesi mélodie Italienne Nina
    Pergolesi mélodie Italienne Se tu m'ami, se sospiri
    Pergolesi mélodie Italienne Tre giorni
    Peri mélodie Italienne Invocazione di Orfeo
    Peri mélodie Italienne Nel puro ardor
    Perti mélodie Italienne Begli occhi, io non mi pento
    Provenzale mélodie Italienne Deh, rendetemi
    Quagliati mélodie Italienne Apra il sou verde seno
    Rontani mélodie Italienne Or ch'io non seuo piu
    Rontani mélodie Italienne Se bel rio
    Rosa mélodie Italienne Selve, voi che le spernaze
    Rosa mélodie Italienne Star vicino
    Rosa mélodie Italienne Vado ben spesso cangiando loco
    Scarlatti, A. mélodie Italienne Chi vuole innamorarsi
    Scarlatti, A. mélodie Italienne Gia il sole dal Gange
    Scarlatti, A. mélodie Italienne Le Violette
    Scarlatti, A. mélodie Italienne Non vogl'io se non vederti
    Scarlatti, A. mélodie Italienne O cessate di piagarmi
    Scarlatti, A. mélodie Italienne Rugiadose, odorose
    Scarlatti, A. mélodie Italienne Santo nel core
    Scarlatti, A. mélodie Italienne Se Florindo e fedele
    Secchi mélodie Italienne Lungi dal caro bene
    Steffani mélodie Italienne Sei si caro
    Stradella mélodie Italienne Col mio sangue comprerei
    Stradella mélodie Italienne Cosi, Amor, mi fai languir
    Stradella mélodie Italienne Per pieta
    Stradella mélodie Italienne Pieta, Signore!
    Strozzi mélodie Italienne Amor dormiglione
    Supriani mélodie Italienne Potra lasciare il rio
    Tenaglia mélodie Italienne Begli occhi, merce
    Torelli mélodie Italienne Tu lo sai
    Traetta mélodie Italienne Ombra cara, amorosa
    Vivaldi mélodie Italienne Un certo non so che


    Article publié par : Jean-Marc
    0 signatures à cette pétition
    Date Nom et site Web Message
    12 Messages
    • > Un autre ancien baryton ...

      20 septembre 2005 11:47

      Voir cet article : http://www.scena.org/lsm/sm7-5/Margison-fr.html

      Extrait :

      En écoutant Margison lancer des contre-do, on s’étonne d’apprendre qu’il chantait comme baryton avant de travailler avec madame James.
      « À cette époque, les notes aiguës me faisaient peur, avoue-t-il. Selena avait déjà tout compris, des années avant que je décide de devenir ténor. »

      « Nous avons travaillé tous les jours à changer ma technique vocale et à me donner l’énergie nécessaire pour maintenir ma voix durant un opéra de trois ou quatre heures. Je crois que j’en ai appris plus au sujet des fameux contre-do en découvrant le registre grave de ma voix et en créant alors une ligne du plus grave au plus aigu. Très tôt, Selena m’a enseigné à m’appuyer sur le diaphragme, à ne pas pousser le chant, mais à le faire chevaucher sur une colonne d’air tenue par le diaphragme, en utilisant les extrémités.

      Au lieu de chanter sans épaisseur de la poitrine, j’utilise une plus grande partie du corps - le bas du corps - et nous nous concentrons sur l’extension du dos. Cela aide énormément à chanter les notes plus aiguës. »

      Voir en ligne : Margison

      repondre message

      • > Un autre ancien baryton ... 11 septembre 2006 09:03

        Bonjour,
        Je suis tenor débutant (amarilli, caro mio ben , danza ...)
        J’aimerais connaitre le nom d’un bon prof à grenoble comme ta Selena...
        Ou avoir des renseignement sur la technique vocal.
        Merci

        repondre message

        • > Un autre ancien baryton ... 11 septembre 2006 15:59 , par Michel

          Il y a un site qui donne pas mal de renseignements et de coordonnées de profs de chant. http://www.musirelax.com/index.html

          repondre message

          • et les femmes ? 7 mai 2007 11:16 , par lilly

            Je chante depuis 5 ans et je ne sais pas si je suis soprano ou mezzo. Je me suis souvent demandée quelle était mon "identité" et en lisant vos articles, je me suis reconnue dans certaines choses que vous disiez à savoir p.ex montée facile dans les aigus certains jours et difficile d’autres jours. Beaucoup de réactions sont celles d’hommes mais je me damandais si cela était transposable aux femmes en sachant que je n’ai pas encore atteint la maturité vocale : j’ai 21ans... merci à bientôt

            repondre message

            • et les femmes ? 29 juillet 2008 17:24 , par maïté

              Attention aux erreurs !
              Pour définir la tessiture d’une voix, qu’elle soit masculine ou féminine, ce n’est pas la note que l’on passe dans certaines conditions, mais la façon dont on la passe.
              Certaines mezzo, c’est mon cas, atteigne le contre-ut en vocalise, par contre le si dans certain opéra (rôle d’Eboli dans don Carlo de Verdi) est parfois plus dur a atteindre !
              Bartoli est une mezzo, mais qui dans certain cas peut interpréter des oeuvres pour soprano (pour elle on pourrait définir une nouvelle cathégorie la mezzo colorature, ce qui est une abération !)
              Tout dépend de la façon dont la note aigue est amenée.
              La vraie tessiture ce défini par l’ampleur de la "game de notes" dans laquelle, le chanteur est allèse ou pas.
              Je connais bien Placido Domingo, pour avoir chanté sur scène avec lui.
              Comme baryton il avait déjà une tessiture très étendue vers le haut.
              Le travail énorme qu’il a fait pour travailler ses aigus n’est pas à conseiller à tout le monde.
              Son choix est plus lié à son gout pour les personnages chantés par des ténors que pour des raisons de tessiture naturelle.
              Le "ténor en devenir" parle de soutien qu’il doit faire pour aborder le répertoire de ténor et qu’il dit ne pas avoir à faire pour le répertoire de baryton.
              Je ne peux comprendre cela, en tant que prof de chant. ON DOIT SOUTENIR AUTANT QUELQUE SOIT LA TESSITURE !
              C’est une des grande règle de l’Opéra !
              Un chanteur(se) doit travailler toute son étendue vocale, les graves, les médium, les aigus.
              Alors lorsque tout est homogène et facile, on peut alors vraiment définir la tessiture d’une voix.
              Certains débutants(qques années de chant) confondent la clarté de la voix et une orientation dans la définitionde la tessiturez.
              Il y a des voix très claires (surtout chez les femmes) qui ne dépasseront pas le la ou Si bémol.
              En travaillant l’homogénéité de la voix, elle va se déveloper en couleur et en port de voix pour être en harmo,ie avec la tessiture de mezzo.
              Placido aujourd’hui reviens naturellement vers une tessiture plus proche du vrai barytron que du ténor. Les efforts sont de + en + durs avec les années.

              repondre message

    • > Ténor en devenir ...

      20 septembre 2005 13:28 , par Jean-Michel

      bonjour Jmarc,

      Tu quittes les clés de fa
      pour trouver le sol ...e mio
      si c’est ta voie,suis la
      figaro là,figaro ci !
      voila mon crédo...

      A tantôt la mi ,portes-toi bien et fais -moi signe pour une prochaine rossignolade !
      Bien le bonjour aux collègues,
      Jmichel

      repondre message

    • > Ténor en devenir ...

      23 septembre 2005 11:46 , par Michel

      Salut Jean-Marc

      C’est très courageux ce que tu fais là, non seulement il y avait (et il y a peut être encore) un risque sérieux pour ta voix au cas où elle n’aurait pas aprécié de chanter plus aigu, mais de plus et comme tu le soulignes il y a les vieux réflexes qui font qu’en plus des difficultés techniques il te faut mobiliser une partie de ta concentration pour les contrôler. Autant de difficultés qu’il faut avoir le courage d’affronter surtout quand on était arrivé à se faire une très belle voix de baryton comme la tienne. Repratir un peu comme débutant quand on a décrcoché un DFEM faut quand même le faire et je veux ici saluer ta performance. Comme je te l’avais dit je suis tout à fait prêt à le faire ce duo des pêcheurs de perle au cours la prochaine rossignolade si tu veux. Ceci dit je ne peux m’empêcher de te dire vas y tout doux, fais gaffe à ta voix car, bien que tu sembles bien progresser vers le "ténorat" il n’est peut être pas encore certain que tu sois définitivement ténor. asuivre...

      Michel

      repondre message

    • > Ténor en devenir ...

      2 octobre 2005 09:21 , par Pierre-Henri

      Bonjour,

      Je suis exactement dans la même démarche. Aprés avoir fait une brillante "carrière" dans les conservatoires et autres écoles de musique en tant que baryton, je travaille actuellement le répertoire de ténor. Pour l’instant des airs du répertoire classique (Messie de Haendel...) ou airs d’opéra de Mozart. Donc pas encore le "lirico spinto" ! Il faut préciser qu’en ensemble vocal, je chante en ténor 2, où je me sens le plus à l’aise.
      Comme toi on m’a dit plusieurs fois (Choeurs de l’armée française, examens des conservatoires...) vous n’êtes pas bariton mais ténor, sans argumenter. Plus récemment un professeur m’ayant examiné (oups pardon auditionné...) s’est basé sur la position des notes de passage pour appuyer ses dires (que j’étais plutôt ténor). Celà m’interresse donc de savoir quels arguments ont avancé les professeurs dont tu parles.
      Enfin, je trouve ta progression vers l’aigu remarquable en si peu de temps. Bon courage et tiens nous au courant.
      Cordialement, Pierre-Henri.

      repondre message

      • > Ténor en devenir ... 2 octobre 2005 18:50 , par Jean-Marc

        Il y a en fait un faisceau d’argments qui a contribué a me faire prendre cette décision.

        1) En intégrant le choeur international de Bordeaux chez les barytons basses, j’avais tendance à suivre ce qui se passait coté ténor et en fin de scéance sur un répertoire que je connaissait mal, j’avais mal à la gorge.

        2) Lors d’une soirée entre chanteurs, je me suis aperçu en chantant à coté d’un fort ténor que je n’avais pas de difficultés à le suivre et monter dans les aigus. Surpris et en tentant l’expérience de le prendre comme modèle dans sa façon d’emettre je me suis aperçu que ma voix arrivait à s’envoler. L’auditoire ce soir là a été convaincu que j’étais bel et bien ténor.

        3) La personne qui me fait travailler actuellement m’a aussi parlé des notes de passage et m’a assuré que j’étais bel et bien dans la configuration du ténor, garanti à 100%.

        4) Je tiens sans fatiguer le répertoire au dessus de ces fameuses notes de passage, on m’assure qu’un baryton ne tiendrait pas plus d’une heure.

        5) Il est vrai que durant ces dernières années j’ai toujours voulu faire du son et grossir ma voix en tubant un peu et j’avais sans doute occulté ma voix naturelle qui contrairement à avant ne sonne plus creux.

        6) Michel Dens, Artiste que j’admire énormémennt m’avait déja assuré il y a quelques années que j’étais ténor. D’autres l’ont suivi.

        Voila, je ne pense pas qu’il y ait d’autres explications, ça fait tout de même quelques pistes.
        Pour l’intant je ne pense pas à faire retour arrière.

        repondre message

    • > Ténor en devenir ...

      22 octobre 2005 23:38

      Je suis débutant (2° année de chant) :
      A première vue on me classé baryton mais sans affirmation.

      Puis ma voix c’est allégée et a monté ... passant du mi3 au do4 comme limite aigu.
      Donc en somme un si c’est mon minimum syndical.
      Je vais donc du la1 ou do4 ... et l’hésitation est encore de mise ...

      çà me rassure pas du tout de voir qu’après tant d’année de chant certains d’entre vous (même après avoir vue différent profs) savent toujours pas si il sont ténor ou baryton.

      Moi qui suis d’une impatience terrible ...

      repondre message

      • > Ténor en devenir ... 29 septembre 2006 16:27 , par Matelots de la Dendre

        Je cherche pour les 10 et 11 mars 2007
        un baryton martin pour interprêter le rôle du Marquis dans les "Cloches de Corneville" Ath en Belgique

        repondre message

    • Baryton martin sans aigus ? Ou ténor ?

      8 octobre 2008 16:52 , par Renaud

      Bonjour,
      J’alimente le débat en vous faisant part de mon expérience.
      J’ai 28 ans et suis étudiant en 2nd cycle de conservatoire. Tout le monde m’a toujours dis baryton.
      Ma voix parlée est très timbrée naturellement et mes graves assez sonore.
      J’ai la sensation de bien connaitre mon instrument, d’avoir une technique raisonnablement "au point". Mais j’ai un problème insoluble en haut de mon passage (Mib, Mi) : je sens que mon larynx est contrarié et a envie de basculer brutalement. Si je le laisse faire, un son détimbré de voix de tête apparait, sinon je suis obligé de "pousser" au détriment de la rondeur et du confort vocal.

      Par ailleurs, si j’allège mes médium (c’est à dire que je "ténorise" d’après ma prof), je peux franchir assez facilement mon passage et retrouver une zone de confort autour des fa, sol, la aigu (je monte plus haut mais je ne m’y risque pas pour l’instant...).

      Et si j’étais Ténor ? Ca expliquerait pourquoi je suis incapable de chanter l’habituel Mi ou Fa aigu tonitruant du baryton... comment faire un diagnostique précis ? Pour certains c’est évident d’après les notes de passage, pour d’autres c’est la zone de confort, pour d’autres c’est l’endurance, ou bien le timbre... bref personne ne sait vraiment quoi ?!

      Merci pour vos commentaires !

      Renaud

      repondre message

    Répondre à cet article



    Concours Gluck