,
Retour au menu



Retour au menu - Caricature de Rossini

Plan du site
Les brèves du site
Réactions aux articles
 
Statistiques
 
Participer
Espace rédacteurs
 




Des liens à suivre ...

  • Opéra de Barie
  • Vocalises.net
  • Renault Primaquatre
  • Rénovation Maison
  • Le site des pinasses
  • Terre des graves
  • Opérette ANAO
  • Le Melody
  • Rocade Bordelaise
  • Les Délassements comiques


  • Qrcode Opéra de Barie






    article précédent - Le Toréador ou l’accord parfait article suivant - Barbier de séville à Montmorillon

    Les Noces de Figaro à Bordeaux
    Tant de plaisir à partager !
    Le 22 juin 2007


    C’est une belle mise en scène de Robert Carsen de 1993 qui nous est reproposée en ce moment à l’Opéra de Bordeaux pour accompagner une oeuvre majeure de Mozart : Les noces de Figaro sur un livret de Lorenzo Da Ponte d’après Beaumarchais.

    J’avais déjà vu la précédente réalisation à Bordeaux en 1993. Si ma mémoire est bonne, c’était déjà très bien.

    Cette fois-ci la distribution a changé et c’est avec un bonheur partagé, je crois, avec l’ensemble de la salle, que j’ai pu suivre la générale de ce beau plateau renouvelé.

    Bien sûr, l’oeuvre est porteuse, c’est la musique de Mozart, et c’est un des plus beaux opéras qui ait été écrit. Mozart a toutefois besoin d’être servi par l’excellence. Avec cette production il n’aura pas à rougir, là où il est, de ce qui a été réalisé par l’équipe qu’il m’a été donné d’écouter.

    J’ai eu à plusieurs reprises et c’est rare, cette sensation de frissons, qui vous parcourt l’échine, quand la musique est belle et qu’elle est jouée avec grâce et équilibre. On en arrive même à avoir les larmes aux yeux.

    L’orchestre et son (sa) chef Jane Glover tout d’abord jouaient juste, rien ne débordait, on atteignait la perfection, le génial Mozart semblait être parmi nous.

    Côté plateau, saluons en premier lieu, le Comte Almaviva Riccardo Novaro, une présence exceptionnelle et une qualité vocale impeccable. On s’imagine un chanteur avec de la bouteille à le voir évoluer sur scène, en fait c’est un jeune homme que j’ai eu la chance de pouvoir saluer à la sortie des artistes, bravo, impressionnant !

    Susanna, Anna-Maria Panzarella aussi était parfaite, elle avait ce qu’il faut de charme, une pétillance dans son interprétation, qui vous fait oublier que les fauteuils du Grand Théâtre sont toujours aussi durs, surtout quand le spectacle totalise trois heures et demi. Figaro, Nicolas Cavallier était aussi d’une belle qualité vocale, même si j’ai trouvé qu’il avait mis un peu de temps à démarrer, saluons son excursion sur le parterre central au milieu du public, effet de mise en scène très apprécié. En résumé un beau gosse, avec une belle voix et un petit côté Alain Delon.

    La comtesse, Claire Rutter pour sa part avait tout ce qu’il faut de retenue, de superbes piani. Même si ce n’était pas Elisabeth Schwarzkopf, elle complétait bien ce plateau très homogène.

    Chérubino ou plutôt Chérubina, Diana Axentii puisque ce rôle est toujours interprété par une femme a su nous émouvoir par sa jeunesse et son espièglerie, on aurait vraiment dit un jeune garçon de douze, treize ans avec une fraîcheur incomparable dans la voix qui formait un beau couple avec Barbarina interprétée par Khatouna Gadelia.

    Enfin, nous arrivons aux seconds rôles qui tiennent malgré tout une place majeure dans cet opéra.

    En premier lieu, le jardinier Antonio incarné par David Ortega qui a tenu haut son rang de soliste pour nous interpréter un cul terreux mal dégrossi doublé d’un faux-cul d’une rare vérité et qui a su nous faire partager une interprétation au top niveau mise en valeur par une ligne de chant de très bonne facture. Son jeu de scène était tout bonnement truculent, on en redemande, on devrait voir et entendre plus souvent ces artistes Bordelais comme solistes sur la scène du Grand Théâtre.

    En parlant d’artiste Bordelais citons également Olivier Bekretaoui en Don Curzio le notaire, que j’ai également beaucoup apprécié. Ce rôle de ténor assez tendu est fait pour lui, il chante juste et bien. Durant les morceaux d’ensemble, j’ai été impressionné par la manière dont il a réussi à s’inscrire dans l’harmonie d’ensemble.

    Voir ces deux artistes issus des choeurs côte à côte sur cette scène prestigieuse de l’Opéra de Bordeaux ajoute encore au sentiment qu’ils méritent mieux que les rôles auxquels on les cantonne habituellement, mais bon c’est une autre histoire... bravo à eux !

    Comme j’ai commencé à citer tout le monde, je vais continuer car j’ai aussi beaucoup apprécié Marcellina (Marie-Thérèse Keller) et Bartolo, Luciano Di Pasquale (déjà vu dans la Cenerentola) comme le reste de l’équipe toujours juste et en plus avec la gueule de l’emploi. Enfin citons Don Basilio, Ricardo Cassinelli plus acteur que chanteur, mais du pur bonheur toutefois.

    Pour finir avec les solistes, saluons enfin les deux artistes des Choeurs Isabelle Buiret-Fedit et Wha Jin Lee.

    Ce fût une très belle soirée, il est comme ça des instants magiques à l’Opéra de Bordeaux où le temps suspend son vol et où l’air que l’on respire semble dégager spiritualité et harmonie, nous avons passé un moment exceptionnel… on en redemande … encore encore !


    Article publié par : Jean-Marc

    Pour connaitre la programmation à venir et pour réserver, voici un lien vers la rubrique consacrée sur le site de l’Opéra de Bordeaux.

    Représentations programmées : 22, 26 ,28 ,30 juin et 2 juillet 20h00, 24 juin 15h00.

    0 signatures à cette pétition
    Date Nom et site Web Message
    2 Messages
    • Une belle soirée

      29 juin 2007 11:12 , par Michel

      J’y suis allé hier soir, effectivement c’est un beau spectacle.

      Au 1er acte les chanteurs et plus particulièrement Chérubin avaient un peu de mal a rentrer dans la musique, le chef devait les "tirer" du bout de sa baguette. Puis la machine a démarré et ce fut très beau. Des voix superbes, une mise en scène originale avec quelques touches comiques de bon aloi.

      La chef m’a impressionné, elle accompagnait les récitatifs au clavecin et dirigeait avec une gestique très précise et rigoureuse, sans faire de cinéma. Elle était toujours très attentive aux chanteurs (ce qui n’est pas le cas de tous les chefs). En résumé très impressionante, brava !!

      Un Petit clin d’oeil à David et Olivier pour leur prestation, je vous ai trouvé vraiment excellents et je déplore que l’on ne voie pas plus souvent des gens comme vous dans des rôles plus importants tout au moins sur cette scène bordelaise. Il y a le talent, la voix et d’excellentes qualités de comédiens qui justifieraient tout à fait votre présence dans bien des productions de l’Opéra de Bordeaux.

      Excellent spectacle que je recommande

      repondre message

    • Les Noces de Figaro à Bordeaux

      27 novembre 2007 22:16 , par celinain emmanuelle

      je ne peux m exprimer pour les noces de figaro mais je fais confiance a la critique de l auteur Par contre j ai connu un des choriste Isabelle buiret fedit nous avons fais des etude ensemble malgres les années je ne peux oublier cette voix merveilleuse la vie à fait que nous nous sommes perdue de vue à regret je m efforce de la rerouver en vain et je suis tombé sur cet article peut etre m a t elle oublié je l ignore Emmanuelle

      repondre message

    Répondre à cet article



    Le Barbier