,
Retour au menu



Retour au menu - Caricature de Rossini

Plan du site
Les brèves du site
Réactions aux articles
 
Statistiques
 
Participer
Espace rédacteurs
 




Des liens à suivre ...

  • Opéra de Barie
  • Vocalises.net
  • Renault Primaquatre
  • Rénovation Maison
  • Le site des pinasses
  • Terre des graves
  • Opérette ANAO
  • Le Melody
  • Rocade Bordelaise
  • Les Délassements comiques


  • Qrcode Opéra de Barie






    article précédent - Rossignolade en décembre article suivant - Rossignolade du 17 décembre

    Chanter : un art de vivre
    Ou le sens de la vie
    Le 9 décembre 2004


    En ces jours de morosité due à une météo tristounette et à la longueur de ces petites journées de fin d’année, je me disais dernièrement que le chant était bel et bien un fil conducteur indispensable à la vie (à la mienne en tous cas) et qu’il donnait bien des satisfactions.

    Prendre sa voiture dans la grisaille, se farcir les gens pressés, les embouteillages, l’humeur incertaine d’une prof de chant qui a aussi ses soucis de la vie, négocier, affirmer, se dire que les autres sont décidément très chiants, chanter en sentant que l’on est perfectible, mesurer le chemin qui reste à parcourir, passer une heure à se reprendre à se corriger, repartir et penser que malgré tout on y a pris du plaisir, voila un des aspects de la vie d’un chanteur.

    Donner un sens à sa vie, c’est peut-être tout simplement l’explication qu’il faut trouver à cette quête du beau son acquis dans l’ombre qui ne finit par payer que dans la durée.

    En ce qui me concerne, j’ai renoncé à me considérer au dessus du lot, même si à mes débuts, il ne faisait aucun doute "que je serai le meilleur"...
    En écoutant et en regardant les autres on s’aperçoit qu’il y a deux sortes de chanteurs, ceux qui aiment ça, qui savent ou qui finiront par savoir chanter un jour à force de persévérance (j’en connais quelques uns),et puis il y a ceux qui font ça parce qu’il faut bien avoir une activité. Ceux là, resteront toujours des apprentis chanteurs de salle de patronage se satisfaisant de peu. Selon moi 90% des amateurs et des professeurs.

    De temps en temps un chanceux de la première catégorie, arrive à percer et réussit à vivre de cette passion. Un sur cent sans doute et encore, à condition qu’il ait été touché par la grâce suffisamment tôt et qu’il soit suffisamment motivé (et bien roulé). Devenu professionnel, là encore rien n’est gagné, il semble que très peu arrivent à être connus ou médiatisés.

    Pour les autres, passionnés retardataires comme moi, il faudra rester dans l’ombre, se contenter de réussir une vie professionnelle tout en sachant que l’on peut partir s’évader de temps en temps vers un autre ailleurs, dans une monde, où l’esbroufe et la productivité ne sont pas les maîtres mots, le monde de la musique.

    Que de sacrifices alors pour si peu de plaisir. Pourquoi l’on croit en Dieu ou pourquoi l’on n’y croit pas ? .
    Le chant c’est sans doute un peu de spiritualité retrouvée dans un monde où il n’y en a plus beaucoup, c’est parfois quand la magie opère une communion entre un compositeur, un interprète, un public et parfois la musique...

    La saison lyrique de l’amateur reprend, il s’agit d’espérer et de se remotiver.

    La prochaine Rossignolade est la semaine prochaine et mon concert biannuel pour les bonnes oeuvres ;-) approche, je vais retrouver des amis et un public.

    Ce soir c’est fête, ce soir j’ai invité, Mozart, Beethoven, Shubert et Rossini (Henri Tachan)


    Article publié par : Jean-Marc
    0 signatures à cette pétition
    Date Nom et site Web Message
    5 Messages
    • > Chanter : un art de vivre

      14 décembre 2004 18:44

      tout à fait d’accord avec vous jean-marc - et notamment en ce qui concerne les catégories de gens, le coté salvateur du chant, l’espoir caché d’une réussite malgré l’aspect "retardataire" du parcours, et au final, se retrouver au boulot, celui des 35 heures ou plus ....
      mais malgré tout une telle plénitude lors des cours de chant...

      repondre message

      • > Chanter : un art de vivre 16 juin 2005 16:57

        Complétement d’accord. Quoique... Je connais un prof de chant qui est passioné par la musique. Moi je ne pense pas que je pourrai ne faire que cela dans ma vie. C’est un équilibre. Quand j’ai besoin de m’évader, je m’évade. Cela ne m’empêche pas de chanter pour mon plaisir (et celui des autres) !

        repondre message

    • > Chanter : un art de vivre

      16 avril 2006 18:36 , par LINE

      Je decouvre aujourd’hui votre site car j’ai assisté récemment au concert donné à Bordeaux Chartrons, c’était vraiment superbe.J’ai découvert le chant en chorale sur le tard, nous chantons des chansons françaises populaires,c’est un plaisir dont je ne peux plus me passer, je me sens ailleurs, les choses simples me paraissent essentielles,c’est une part de bonheur que je recherchais, cela m’apporte une sérénité et un besoin de partage avec les autres, je suis peut-être naïve mais le chant n’est pas réservé à une catégorie de personnes on peut le pratiquer à plusieurs niveaux et en tirer une très grande satisfaction ; oui, c’est un art de vivre.LINE.

      repondre message

      • > Chanter : un art de vivre 17 avril 2006 10:34 , par Jean-Marc

        Bonjour,

        Vous chantez où ? et avec qui.... Je viens de quitter le groupe auquel j’appartenai (le CIB), parce que le répertoire n’était plus à mon goût, et que je que je n’adhérai plus trop au mode de fonctionnement.

        Je suis éventuellement libre pour de nouvelles aventures autour de Bordeaux...

        repondre message

    • Chanter : un art de vivre

      28 avril 2008 14:49 , par lilly

      C’est certainement vrai, je veux dire que la volonté peut faire aller de l’avant et permettre d’aller toujours plus loin mais il n’y a pas que ça.
      Pour ce qui me concerne, j’ai 22 ans, je pratique le chant choral depuis l’âge de 15 ans (technique vocale à partir de 19 ans), j’ai un timbre joli, de bonne dispositons musicales puisque je suis altiste mais je sais très bien que je ne serai jamais un grande voix et que je ne suis pas une interprète de génie.
      Car malheureusement les grandes voix et les interprètes de génie sont rares. Ainsi s’il y a des personnes qui rentrent dans cette/ces catégorie(s), elles n’ont plus qu’à compter sur les 10 % de chance nécéssaires à la réussite car comme le disais Régine CRESPIN : il n’ y a pas de génie (en chant) qui reste dans l’ombre.

      repondre message

    Répondre à cet article



    Rossignolade Rossignolade