,
Retour au menu



Retour au menu - Caricature de Rossini

Plan du site
Les brèves du site
Réactions aux articles
 
Statistiques
 
Participer
Espace rédacteurs
 




Des liens à suivre ...

  • Opéra de Barie
  • Vocalises.net
  • Renault Primaquatre
  • Rénovation Maison
  • Le site des pinasses
  • Terre des graves
  • Opérette ANAO
  • Le Melody
  • Rocade Bordelaise
  • Les Délassements comiques


  • Qrcode Opéra de Barie






    article précédent - C’est aussi comme ça que j’aime l’Opéra article suivant - Définitivement ténor

    Baryton, ténor, d’accord cela existe si l’on veut
    Un article qui mérite d’être posté
    Le 18 avril 2010


    Un lecteur anonyme a posté cette réaction à un de mes vieux article : J’ai fait trois fois le tour du monde et comme je partage presque tout ce qui est dit (je ne veux pas vexer mon professeur) , je ne résiste pas à mettre en avant ce texte :

    baryton ..... ténor, d’accord cela existe si l’on veut, dans la mesure où ces classifications servaient et servent toujours dans le chant lyrique et l’Opéra établit je crois par Berlioz ? car auparavant, il n’y avait que trois pupitres, du temps de Mozart par exemple, les barytons et mezzo sopranes "n’existaient" pas.

    Ténor ou Basse et c’est tout. Mais pourquoi ? tout simplement parce que avec le travail et l’apprentissage de la voix de tête, une mezzo et un baryton peuvent avec les années être confondus avec un ténor et une soprane. Selon moi, les registres vocaux doivent être travaillés dans leur ensemble et pas seulement pour un pupitre.

    Chanter veut avant tout dire ne pas avoir peur de sa voix, peu importe qu’elle soit belle ou pas, lorsque le parcours de chanteur ne permet pas encore d’unifier totalement toute la tessiture il ne faut pas tellement se soucier de la "beauté" du son qui reste très appréciable selon les subjectivités et se concentrer sur l’unification de la tessiture et le travail des registres aigus medium et graves.

    Beaucoup de Barytons classifiés ainsi en raison de leur timbre "voilé" dans les aigus, bien qu’ils puissent faire varier leur voix dans les aigus, sont découragés car ils ne trouvent pas leur satisfaction vocale. qu’à cela ne tienne, travaillez la voix de tête régulièrement, puis la voix mixte, apprenez à ralentir vos cordes vocales fines et alléger vos cordes lourdes, et vous ressemblerez comme deux gouttes d’eau à un ténor, pour la simple et bonne raison que vous en êtes un déjà, selon toute probabilité.

    Le problème c’est qu’obtenir un son puissant dans les aigus pour un homme habitué au baryton n’est pas une tâche facile, car il faut apprendre à amplifier un mécanisme qu’il n’utilise pas d’habitude en mélangeant à son mécanisme lourd à un registre léger. Mais c’est aussi ce mélange qui fait le charme de la voix de Ténor. Cela demande donc au minimum DIX années de travail régulier.

    Tapez Bel canto pavarotti sur youtube, il explique le temps que lui a demandé sa voix avant d’obtenir un son capable de couvrir un orchestre.

    Mais tout le monde ne cherche pas forcément à couvrir un orchestre, et les mlcros existent aujourd’hui. alors pas besoin de "s’exploser" la voix pour être entendu, compris ? sinon vous risquez de vous blesser.

    Pour finir, votre professeur ne doit pas être vraiment très compétent, comme beaucoup de professeurs de conservatoires qui cherchent à adapter la voix au lieu d’adapter le répertoire. Vous dire que vous êtes un Ténor fainéant n’est que le signe de sa propre incompétence à vous aider à résoudre votre problème.

    Si vous êtes Ténor en vérité, et que vous chantez toujours baryton vous aller fausser votre voix, et finir par vous faire mal. Les Barytons sont normalement des basses à l’aise dans le haut de la tessiture. Vous seriez plutôt un Ténor à l’aise dans le registre grave de sa tessiture.

    Si vous sentez un "grésillement" de votre voix quand vous cherchez les notes les plus graves du baryton, ou simplement un échauffement, c’est le signe que vous êtes ténor. sachez d’après mon expérience que même la voix parlée en 5 ans peut prendre deux demi-tons vers le haut pour les faux barytons dans votre cas.

    Ne perdez pas confiance, continuez à travailler et cherchez à vous renseigner un peu mieux sur les mécanismes de la voix. bien à vous, un lecteur assidu.


    Article publié par : Jean-Marc
    0 signatures à cette pétition
    Date Nom et site Web Message
    1 Message
    • Baryton, ténor, d’accord cela existe si l’on veut

      19 avril 2010 12:00 , par Michel

      Bonjour, je suis certain que ce qui est écrit ici, l’a été de toute bonne foi et sans mauvaise intention mais je trouve tout cela un peu réducteur et même dangereux (même sil y a des choses vraies) pour ceux qui pourraient croire que travailler la voix de tête suffit pour chanter les ténors alors qu’on a une voix de baryton.

      Il y a des critères bien précis (dont je ne ferai pas la liste exhaustive ici) qui permettent à un professeur compétent de qualifier une voix. Et si le grand Pavarotti ne devait son immense succès uniquement au travail de sa voix de tête ça se saurait. On ne peut pas avoir de puissance avec un voix de tête, c’est utile et même du plus bel effet à certains moments mais je voudrais voir ce que donnerait un "la donna e mobile" ou un "Nessun dorma" chantés intégralement en voix de tête.. Pas terrible à mon avis. Quant à l’usage du micro ma foi chacun fait ce que bon lui semble mais à ce moment là tout le monde peut se dire ténor et susurrer un contre mi qui apparaitra tonitruant et magnifique car relayé par une batterie d’amplificateurs et de correcteurs de tonalité (hé oui l’électronique corrige même votre voix si vous chantez faux maintenant alors ne nous privons plus de rien...), à ce moment là plus besoin même de travailler beaucoup sa voix, l’électronique vous permet d’être un ténor, une soprano, un baryton ou encore une basse selon l’humeur du jour. Il faut savoir ce que l’on veut et surtout ne pas perdre de vue que dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres il faut avoir l’humilité de limiter ses ambitions à ce que "Dame Nature" a bien voulu nous donner. Si on n’est pas ténor on peut travailler des décennies mais on ne sera jamais ténor on peut toujours se bercer d’illusion et faire comme si... Mais au final on ne parviendra qu’à écorcher les oreilles de ceux qui vous écoutent et à massacrer des airs qui ne sont pas pour vous.

      Je réagirai enfin à un propos que je cite ci-dessous :

      "...Pour finir, votre professeur ne doit pas être vraiment très compétent, comme beaucoup de professeurs de conservatoires qui cherchent à adapter la voix au lieu d’adapter le répertoire. Vous dire que vous êtes un Ténor fainéant n’est que le signe de sa propre incompétence à vous aider à résoudre votre problème."...

      Là je trouve un peu raide et inadéquate la démarche qui consiste à dire qu’un professeur n’est pas compétent sur la simple base d’un propos tiré hors de son contexte. Je connais très bien ce professeur vu que c’est aussi le mien et je ne peux pas accepter de le voir traité aussi arbitrairement "d’incompétent". C’est quelqu’un qui a du métier, beaucoup de patience, de pédagogie et qui sait indiscutablement de quoi il parle quand il parle de chant. Quant à sa capacité d’enseigner, pour ce qui me concerne je lui dois beaucoup de progrès.

      Bref ténor ou baryton la question peut se poser quand on commence à chanter mais au bout de quelques années je pense qu’on est fixé (après libre à chacun de s’entêter). Si on est un baryton même qui a des aigus, et qu’on s’attaque à un air de ténor on s’aperçoit vite que l’on ne tient pas la tessiture et qu’on finit l’air en craquant des notes que l’on passerait sans problème si elles arrivaient sur une tessiture de baryton. On ne change pas ce que Dame Nature a fait de soi...

      repondre message

    Répondre à cet article



    C’est Définitivement