,
Retour au menu



Retour au menu - Caricature de Rossini

Plan du site
Les brèves du site
Réactions aux articles
 
Statistiques
 
Participer
Espace rédacteurs
 




Des liens à suivre ...

  • Opéra de Barie
  • Vocalises.net
  • Renault Primaquatre
  • Rénovation Maison
  • Le site des pinasses
  • Terre des graves
  • Opérette ANAO
  • Le Melody
  • Rocade Bordelaise
  • Les Délassements comiques


  • Qrcode Opéra de Barie






    article précédent - Ludovic TEZIER  en récital à Bordeaux article suivant - L’interprète crédible

    Aïda ou une place au paradis ...
    Un grand spectacle à Bordeaux
    Le 18 mars 2006


    Je rentre ce soir de la générale d’Aida qui va être donnée à Bordeaux à partir de la semaine prochaine. Une place au premier rang du Paradis, perché tout en haut de la salle et de laquelle je n’ai pas perdu une miette du spectacle proposé.

    Résumons en disant que ce fut une très belle soirée et il faut rendre hommage à l’Opéra de Bordeaux qui nous a servi ce soir un spectacle de grande qualité ce qui n’a pas toujours été le cas cette saison.

    Côté distribution, rien à redire, si les mêmes artistes chantent une prochaine fois dans un autre spectacle, je reviens sans problème ;-), comme quoi on arrive à faire de bonnes distributions dans cette maison.

    Hui hé en Aïda a été époustouflante, Radamès (Jeong Wong Lee) quoique un peu en dessous au premier acte a terminé parfaitement, Ramphis qui devait être interprété par Alexander Vinogradov initialement a été remplacé au pied levé par une doublure d’une grande qualité vocale, avec une belle présence dont je n’ai pas retenu le nom, mais qui a reçu des applaudissements nourris. Amneris et Amonasro (Elena Manistina
    et Franck Ferrari) n’ont pas démérité non plus, bref, une belle distribution avec du chant lyrique comme on l’aime et comme on aimerait en entendre plus souvent dans une grande salle comme le Grand Théatre de Bordeaux.

    Le Choeur de l’opéra aussi fut formidable et nous a fait vibrer par des pianissimis admirables et ses fortés saisissants.

    Côté mise en scène j’ai bien apprécié l’approche assez classique et sombre. Les décors étaient riches et travaillés, dignes d’un grand spectacle.

    Regrettons tout de même les quelques zizis à l’air que j’ai pu encore apercevoir et qui selon moi n’apportent rien de plus et donnent le sentiment de déja vu. Cela fait sûrement plaisir au metteur en scène, alors pourquoi pas... Ce n’est pourtant pas pour ce genre d’organe que le public se déplace à l’Opéra.

    C’était une parenthèse et redevenons positifs en souhaitant que tous les spectacles à venir à Bordeaux soient encore de cette qualité.

    Quand c’est bien, il faut le dire, donc c’était bien, même trés bien, voila, je l’ai dit, bonne continuation à tous ces artistes.


    Article publié par : Jean-Marc
    0 signatures à cette pétition
    Date Nom et site Web Message
    4 Messages
    • > Aïda ou une place au paradis ...

      18 mars 2006 13:40 , par Olivier

      C’est rassurant mon cher Jean-Marc. Je serais au paradis, le 25 ;)

      repondre message

    • > Aïda ou une place au paradis ...

      20 mars 2006 14:58 , par david

      le zizi, je te jure que ce n’etait pas le mien.Peut-etre celui d’Olivier ??!!

      repondre message

    • > Aïda ou une place au paradis ...

      26 mars 2006 01:01 , par Olivier

      Je vient d’aller voir Aïda :

      Autant le dire, c’était un opéra que je n’avais jamais écouté (pour un fan de Verdi çà la fou mal je sait ... mais je compter bien combler cette lacune).

      Mais je peux pas dire que je fut transporter par cette représentation.
      On ne sent pas la passion et surtout l’intimité entre les 2 amants, m’y a part dans la scène finale, qui à mon gout sauve un peu la donne.

      Radamès : c’est un bon ténor ... mais c’est pas mon truc les ténors trop sombre et qui couvre trop.
      Est ce que la partition de Verdi le veux ? Surement mais j’en sait rien.
      Tout ceci n’enlève pas les qualités au ténor bien sur.

      Pour parler juste du grand théatre ... j’avais le malheur de me trouver au paradis ... fauteil minuscule (et je pése mes maux) ... obligé d’etre sur le bord extreme du fauteuil et de se pencher à fond pour voir qq chose ...
      Bref position très incorfortable ... qui ne m’insitera pas à revenir au grand théatre.
      J’ai vu des représentations dans des petits théatre ou encore le pin galant ... c’est p etre pas des chef d’oeuvre d’architecture mais au moins ... on peux s’assoir normalement, et profiter du spectacle.

      Celà dit ce n’est pas la 1° fois que je suis très déçu en sortant du grand théatre uniquement à cause de çà ... car meme sur les balcons il y a des places à éviter ...
      Une fois je me suis taper le poteau ... rien vu du tout. Un autre j’étais derrière un géant (je fait 1m60) ...

      Bref ... voit plus trop l’interret d’aller au grand théatre , çà coute cher , spectacle pas toujours de qualité (pour le prix j’entend), condition d’écoute souvent très mauvaise ... alors ...

      Je me suis apperçu que mes voisins ... n’ont pas pu profiter du spectacle pour les memes raisons.

      repondre message

      • > Aïda ou une place au paradis ... 26 mars 2006 06:49 , par DavidLeMarrec

        Mais je peux pas dire que je fut transporter par cette représentation. On ne sent pas la passion et surtout l’intimité entre les 2 amants, m’y a part dans la scène finale, qui à mon gout sauve un peu la donne.

        C’est voulu. Toute la charpente dramatique de l’ouvrage est fondée sur une impossible intimité :
        - le trio initial
        - le duo d’amour miné par la politique à l’acte du Nil
        - le duo du tombeau, vrai duo d’amour mais qui scelle l’impossibilité de l’union sur cette terre.

        Néanmoins, si c’est bien incarné, ça ne pose aucun problème. Mais Hui He et Jeong-Wong Lee, solides vocalement, ne sont peut-être pas les acteurs les plus convaincants du monde.

        Radamès : c’est un bon ténor ... mais c’est pas mon truc les ténors trop sombre et qui couvre trop. Est ce que la partition de Verdi le veux ? Surement mais j’en sait rien. Tout ceci n’enlève pas les qualités au ténor bien sur.

        Jeong-Wong Lee me semble avoir, le mordant en moins, une voix tout à fait compatible avec Radamès (cela dit, je ne suis pas allé voir cette Aida).

        Radamès est un rôle lourd, il faut vraiment du matériau pour l’assumer. On est très loin du grand lyrique du Duc de Mantoue, et ce n’est pas non plus Riccardo, qui réclame une couleur claire.

        Pour ce qui est du Grand Théâtre.

        Il est évident que c’est un théâtre à l’italienne du XVIIIe, et que cela a des conséquences. Il y a des places inconfortables (dans les baignoires, on est plaqué contre le muret, par exemple), du fait des formats d’individus plus grands désormais.
        Jadis, on avait aussi plus d’entractes (changement des bougies).
        Le Pin Galant, oui... Mais ce n’est pas moins cher. Et on n’entend absolument rien si le chanteur n’est pas face à soi ! Quant à la qualité de la programmation, elle varie entre le bon (une fois tous les cinq ans) et le lamentable (le reste du temps). Bref, ce n’est pas forcément la solution.
        Sinon, je suis tout à fait d’accord pour dire que le rapport qualité/prix au Grand Théâtre, surtout cette saison, n’est pas satisfaisant, pour employer un doux euphémisme.

        En revanche, l’accoustique est idéale (et la mise en scène d’Ivo Guerra n’est pas d’une telle profondeur, j’imagine, qu’on perde beaucoup en ne la voyant pas). Pour une découverte d’oeuvre, ce n’est certes pas optimal. Surtout que le surtitrage n’est pas visible du paradis - un endroit où se trouvent plus de néophytes qu’à l’orchestre.

        repondre message

    Répondre à cet article



    Ludovic L’interprète